On te taquine, mais pas tant que ça ;)

Salut bande de tripeurs, j’ai une bonne et une mauvaise nouvelle ! La mauvaise c’est que tu n’as certainement aucun don pour la photo ! Mais la bonne nouvelle c’est que tu n’en as absolument pas besoin ! Aujourd’hui on va parler d’un sujet qui peut complètement changer tes photos, en bien évidemment : la composition !

Peut-être que tu vas te reconnaître dans les lignes qui suivent. Quand j’ai commencé la photo, je voulais juste photographier une scène que je trouvais jolie. Je me promenais je trouvais un endroit sympa et clic clac c’était dans la boîte. Je me suis vite rendu compte que finalement ça faisait des photos sympas, mais sans grand intérêt photographique. Ma première réaction a été de me dire que je n’avais aucun talent pour la photo. Peut-être que toi aussi tu te dis ça, mais je t’arrête tout de suite ! Le talent n’a rien à voir là-dedans. Tout est une question de travail et de méthode, et c’est ce dont nous allons parler de suite…

Muscle ton jeu Robert !

C’est la base de tout, il faut que tu muscles ton œil ! Pas besoin de t’inscrire dans une salle de muscu hein, mais simplement en étant curieux, regarde ton environnement avec un œil de photographe. Pour faire ça, il faut bouffer de l’image. Et pas seulement au début de ta pratique, mais durant toute ta vie de photographe.

Avec les réseaux aujourd’hui il n’y’a rien de plus simple. Je pense à Instagram, Pinterest, 500Px, Flickr… Toutes ces plateformes vont te permettre de consulter le travail de tous les photographes all around the world !
Fais des recherches, trouves des photographes qui te plaisent. Essayes de comprendre comment il a composé sa photo… Qu’est-ce qui attire ton œil dans cette photo ? Pas besoin de passer des heures sur une photo, on a tous des moments creux que l’on peut utiliser pour ça. Dans les transports en commun ou aux toilettes, ça marche bien aussi !

Ensuite l’idée c’est de t’inspirer de tout ça pour créer tes propres compositions. Pas forcément quand tu es en train de shooter, mais au quotidien. Quand je me promène parfois je m’arrête net parce que j’ai vu un angle ou quelque chose d’intéressant, qui me parle ! Il faut arriver à un point ou tu ne photographies plus une scène parce que c’est joli, mais parce qu’elle te parle !

Les principes de composition en photographie

Lorsqu’on débute en photo, on déclenche sans vraiment savoir ce qu’on prend en photo. Pour réaliser une composition digne de ce nom, il faut définir un sujet à sa photo. C’est à partir de ce dernier que l’on va pouvoir placer les différents éléments de sa photo. C’est également sur lui qu’il faudra faire sa mise au point et ensuite définir ses réglages. Sans sujet précis tout ce qu’on va t’expliquer dans cet article ne te servira pas, car tout part de là.

Même si elle est loin sur la photo du haut mon sujet est clairement l’arche d’Etretat.

Ici mon sujet peut-être moins évident, mais c’est cet amas de terre si particulier.

Parfois il se peut que le sujet soit plus difficile à identifier. Surtout si tu veux photographier un vaste paysage. Ton sujet n’est pas obligatoirement un élément précis par exemple l’arche d’Etretat ci-dessus. Tu peux vouloir mettre en valeur une plaine entre deux montagnes. Il est important de le savoir, car ce sujet va orienter ton post traitement. Il faut que lorsqu’on regarde ta photo cette plaine nous saute aux yeux.

Quelques exemples d'application

Je parle ici de principes de composition et non pas de règles comme tu pourras souvent le voir. La raison est simple, ce ne sont pas des lois qu’il faut absolument respecter sous peine de devenir un photographe délinquant !

Tous ces outils vont t’aider à bien composer ta photo. Tu vas certainement les respecter dans la majorité des cas, mais tu as tout à fait le droit d’aller outre. Cependant si tu le fais il faut que tu aies une bonne raison et que tu l’assumes. Ce n’est pas parce qu’une photo ne respecte pas un ou plusieurs principes de composition qu’elle est mauvaise…

Règle des tiers

C’est un des principes les plus connus et c’est certainement un des plus importants. Maintenant que tu as défini ton sujet, il te faut le placer sur ta photo. Le premier qui me dit je le mets au milieu, il sort…. Justement non, on va le placer sur une ligne ou un point de force. Pour savoir où ils sont, rien de plus simple. Il faut diviser son image en trois horizontalement et verticalement.

Tu vois ce n’est pas compliqué, certain appareil photo t’affiche même ce quadrillage dans ton viseur. S’il y a un outil qui peut facilement faire la différence dans ta compo, c’est celui-là. Ces lignes et ces points ne sont pas là par hasard. Ils correspondent aux endroits ou ton œil va naturellement se poser.

Intégrer un personnage

Ça va te permettre de donner une échelle à ta photo. En la regardant on va immédiatement se rendre compte de la taille des autres éléments (oui la taille ça compte 😉). En intégrant un élément de type homo sapiens dans ta photo, tu vas aussi lui donner plus de force. L’idéal est évidemment de le placer sur une ligne ou un point de force. Fais également attention à bien diriger son regard vers l’intérieur de la photo ou vers le sujet.

Sur la photo ci-dessus, le personnage nous donne tout de suite une idée de la taille de la cascade. Imagine la même photo sans le p’tit gars, elle n’a pas du tout le même impact, de même s’il regardait vers la droite…

La profondeur

Encore un élément essentiel d’une photo. Souvent on voit des photos qui sont plates sans aucune profondeur alors que d’autres nous donnent l’effet d’une image en 3 dimensions. Mais alors, comment donner à sa photo cet effet de profondeur ?

Il y’a beaucoup de réponses à cette question. L’une d’entre elles est de construire sa photo en plusieurs plans :

  • Premier plan
  • Second plan
  • Arrière-plan

Le premier plan est très important, c’est par lui que le regard va rentrer dans la photo.

Dans cette photo d’une rue de Strasbourg, les pavés sont mon premier plan. Il guide notre regard directement sur l’église située en arrière-plan, et qui est aussi mon sujet.

Les bâtiments de part et d’autre de la rue constituent mon second plan.

Nous voilà au Lago Di Braie dans les Dolomites ! Cette photo a été prise en contre-plongée. Cela permet de donner de la profondeur et de la dynamique à votre photo, grâce aux perspectives.

Le sujet est l’enfant qui est debout sur le premier plan. L’eau constitue le second plan et les montagnes l’arrière-plan.

Les lignes directrices

Comme tu as pu le constater dans le paragraphe précédent, les différents plans peuvent s’imbriquer les uns dans les autres. C’est là qu’entre en jeu, les lignes directrices, un autre élément important d’une photo.

Reprenons la photo précédente. Tu peux voir qu’il y’a des lignes qui guident ton regard vers le sujet.

L’objectif de ces lignes est aussi de garder ton regard dans la photo et de faciliter la lecture de celle-ci.

Ces lignes peuvent être matérialisées par un bâtiment, mais également par une crête de montagne ou une rampe d’escalier par exemple… L’idée c’est de jouer avec elles pour composer ta photo et mettre en valeur ton sujet.

Le 50/50

C’est un piège dont j’entends rarement parler en photo, mais dans lequel on peut tomber très rapidement. Lorsque l’on compose une photo de paysage instinctivement on a tendance à placer l’horizon à mi-hauteur de son cadre. C’est assez naturel puisque c’est un peu comme ça que notre œil et notre vision fonctionnent.

Sauf que notre œil est beaucoup plus performant qu’un capteur d’appareil photo. Grâce à lui on voit en trois dimensions, on est capable de distinguer quel élément est proche de nous et lequel est plus éloigné.

Mais surtout il ne se limite pas à un cadre, notre champ de vision est beaucoup plus large que ce que nous propose le viseur de notre appareil.

Lorsque l’on prend une photo en 50/50 toutes les perspectives sont aplaties, plus aucun effet de profondeur. Pour éviter ça, rien de plus simple, il suffit d’incliner un peu son appareil vers le bas ou vers le haut.

Regardons un peu ce que ça donne sur un exemple :

À gauche, un très beau couché de soleil, des couleurs superbes et cette sensation agréable d’être au milieu des vagues. Par contre la compo en 50/50 ne met pas en valeur ce moment. À droite avec un simple recadrage, en enlevant la partie haute du ciel qui n’apporte pas grand-chose à la photo.

Remplir le cadre

Une technique que je n’utilise pas souvent, mais que j’apprécie beaucoup. Je trouve assez rarement une scène me permettant de l’utiliser. Un domaine où je dois encore exercer mon œil. Le principe c’est de remplir complètement le cadre de la photo pour immerger totalement ton spectateur dans cet univers.

Nous voilà dans les champs de thé dans les Cameron Highlands en Malaisie. 100 % de la photo est recouverte par la végétation. Le ciel, qui est un des éléments qui nous permet de comprendre une image, n’a aucune place ici. Mon sujet est cet arbre perdu au milieu des champs, que j’ai placé sur une ligne de force. J’aurais pu le décaler un peu plus vers le bas pour être sur un point de force. Dans ce cas la démarcation avec la végétation plus sombre en arrière-plan n’était plus sur une ligne de force. De plus j’aurai créé un effet de 50/50 peu harmonieux. Cette région est très verte, il y’a des champs de thé partout. Je trouve que cette composition nous immerge bien dans cet univers.

 

Pour finir la composition est un domaine extrêmement vaste. Les principes que je viens de détailler ne sont certainement pas les seuls, et il ne faut surtout pas qu’ils deviennent une prison. C’est même tout l’inverse, ils doivent être des outils, des guides… L’objectif est qu’ils t’aident dans ta pratique pour mieux en sortir et trouver ton identité de photographe.