Comment bien choisir le stockage pour ses photos ?

Voilà un vaste sujet sur lequel chaque photographe devra un jour ou l’autre se pencher. Si tu veux aller au bout de ta pratique, tu vas sûrement passer des heures devant ton PC à retoucher tes clichés… Peut-être même plus que derrière ton appareil.

Stocker toujours plus de photos

Depuis l’arrivée de la photo numérique, sauvegarder ses fichiers peut vite devenir un casse-tête. L’évolution des boîtiers, et la définition des capteurs ne cesse d’augmenter. Chaque cliché pèse de plus en plus lourd, et ceux en RAW ou Jpeg. Je ne sais pas toi, mais depuis qu’on a remplacé la pellicule par une carte mémoire j’ai tendance à faire beaucoup plus de photos. Il m’arrive souvent de rentrer avec plus de 1000 ou 1500 fichiers. Evidemment, beaucoup d’entre elles vont finir à la corbeille, mais je suis quand même devenu collectionneur de disques durs !

On va tout de suite faire un comparatif des différentes options qui s’offrent à toi …

Le disque dur interne (HDD ou SSD) de ton PC actuel

Si tu débutes, tu n’as pas encore beaucoup de photos à stocker. Dans un premier temps le disque dur de ton PC suffira certainement à archiver ton portfolio. Tu vas faire un dossier photo au milieu des dessins animés de tes enfants, des déclarations d’impôts et des séries que tu regardes avec ta moitié.

C’est une solution temporaire qui marche bien, jusqu’au jour où tu vas te faire engueuler parce que l’ordinateur familial rame à cause de tes photos qui sature la mémoire. Tu te rendras vite compte que c’est une option qui n’est pas viable à long terme. Sans compter que s’il arrive malheur à ton PC tu n’as aucune sauvegarde.

Le Disque Dur Externe

Ça y’est le disque de ton PC est presque plein, et il te faut plus d’espace pour tes photos, et vite… !

  • Si tu as un PC fixe, tu peux rajouter un disque dur dédié.
  • Si tu as un portable, tu peux te tourner vers un disque dur externe, pour étendre ta capacité de stockage. C’est une option viable, mais ça ne solutionne pas encore la sauvegarde.

Ce dernier problème peut être évité en cumulant le disque dédié de ton PC et un externe en sauvegarde. Sur le papier ça fonctionne plutôt bien.

Néanmoins il y’a quand même des inconvénients :

Le disque dur externe est mobile, ce qui peut être un avantage. Mais ça le rend également plus fragile, il n’est jamais à l’abri d’une chute, d’une panne… La sauvegarde peut s’avérer fastidieuse, il faut penser à copier les dossiers manuellement à chaque fois que tu as de nouvelles photos, sous peine de perde les dernières à la moindre défaillance.

Ce problème peut se solutionner assez facilement en programmant une sauvegarde automatique grâce un logiciel prévu à cet effet.

La sauvegarde dans le Cloud (le nuage quoi)

Utiliser un service de sauvegarde de ses photos dans le cloud comme Google Drive ou Microsoft One Drive n’est pas viable pour le stockage “actif”. En effetPour traiter les photos, il est nécessaire de les avoir physiquement sur l’ordinateur. Par contre pour la sauvegarde c’est une solution qui peut être intéressante. Il existe des offres gratuites, mais tu auras un espace de stockage limité.

Tu devras assez rapidement passer sur une offre payante si tu veux obtenir plus d’espace. Reste à voir les petites lignes des CGV de ces multinationales et où sont situés leurs data center…

Le NAS (Network Access Storage)

La solution ultime au stockage de tes photos, ce n’est ni plus ni moins qu’un cloud privé ! C’est une ou plusieurs unités, avec chacune plusieurs disques durs, toutes reliées en réseau… C’est ton data center à toi, idéal pour l’archivage sécurisé de tes dossiers volumineux !

Il est branché sur ta box internet, ou sur ton routeur, ce qui le rend consultable de n’importe où dans le monde. Et donc de chez toi aussi ! Ça veut dire que si un jour tu es en voyage, il te suffit d’un ordinateur et d’une connexion internet pour décharger tes cartes SD. Certaines marques proposent également une application mobile, idéal pour partager un fichier ou montrer ses photos sur son smartphone ou iPad.

L’objectif du NAS pour la sauvegarde de tes photos est multiple :

  • Recherche de performance
  • Recherche de sécurité
  • Recherche de performance et de sécurité

Pour arriver à ça on va associer plusieurs disques durs classiques ou bien plusieurs SSD, mais ton PC lui n’en verra qu’un.

Il existe des boîtiers NAS avec au minimum un emplacement de DD. Mais c’est à partir de 2 disques qu’un NAS prend tout son sens. Tu ne seras plus limité en gigaoctet, c’est une vraie solution de stockage.

Comment ça marche un NAS ?

Pour gérer ça on va utiliser la technologie RAID, qui offre de nombreuses possibilités :

RAID 0 :

Il va augmenter les performances des disques. Comme tu le vois sur le schéma ci-dessous, si je mets 2 disques identiques de 2 To à 210 Mo/s, j’obtiens un NAS de 2 To à 420 Mo/s. Lorsque tu vas enregistrer une photo, il va stocker une partie sur le disque A et l’autre sur le B.

L’intérêt de ce montage est de booster la vitesse de ton système de stockage.
Par contre en termes de sécurité, si un disque tombe en rade tu perds tout.

RAID 1 :

Le montage et le même que le RAID 0. Par contre, lorsque tu enregistres un cliché il va le stocker sur le disque A et le disque B en même temps. C’est ce qu’on appelle un RAID miroir. Le contenu du A est strictement identique au B.

Si un des 2 tombe en panne, tu ne perdras pas tes photos car elles seront sauvegardées sur le second. L’inconvénient de ce montage est que tu n’augmentes pas la vitesse de ton système de stockage et que tu utilises concrètement que 50 % de ses capacités.

RAID 10

Il est conçu pour pallier aux défauts des RAID 1 et 0. Cette fois-ci on va avoir 4 disques :

Les disques A et B vont travailler comme un RAID 0. Dans le même temps les fichiers vont être dupliqués sur les C et D. Contrairement au RAID 1 on va augmenter les performances du système de stockage. Néanmoins on utilise uniquement 50 % de l’espace total.

RAID 5 :

Toujours avec 4 disques durs, il va un peu plus loin que le RAID 10. Il va optimiser encore plus les capacités et performances des disques durs.

Lorsque tu vas enregistrer une photo, il va mettre une partie sur A, une autre sur B et enfin sur C. Puis il va calculer un fichier que l’on appelle « parité ». C’est lui qui va être stocké sur le disque D, et qui va permettre de récupérer les données si jamais A/B ou C tombe en panne.

L’avantage du RAID 5 est qu’on optimise les performances du système puisque dans notre exemple on obtient un espace de stockage de 6 To qui tourne à 430 Mo/s. Contrairement au RAID 10, on utilise 75 % des capacités présentes.

En cas de défaillance d’un des 4 disques, il suffit de le remplacer. S’il s’agit de A, B ou C la parité va permettre de le reconstituer. Si c’est D qui tombe en panne, A, B et C vont reconstituer la parité sur le nouveau disque. L’inconvénient est que cette reconstitution va prendre plusieurs heures, si par malchance un deuxième disque te lâche pendant ce temps, tu perds tout.

En conclusion

Voilà quelques types de RAID, il en existe bien d’autres, mais les principaux sont là.

Si tu choisis une solution NAS, il est important de prendre des disques de même capacité et vitesse. Coupler un 2 To et un 1 To est possible, mais c’est le plus petit qui servira de base. 2 To + 1 To = un NAS de 2 To, il y donc 1 To que tu ne pourras pas utiliser.